Témoignages

Un premier témoignage « photos » : « La vie d’une route vers Saint Gilles »

 Le chemin reflète bien ce que nous vivons dans la vie :

Le rythme et l’organisation des journées, le partage des tâches et la responsabilité qui en incombe, la surprise du terrain tantôt plat et tapissé d’herbe ou de feuille, tantôt parsemé d’embûches, de cailloux, de montées escarpées qu’il nous faut dépasser, la douleur ressentie ou le découragement et les efforts à fournir pour parvenir au but fixé.
Cette richesse est pour toujours dans mon cœur et je sais que je pourrai y puiser autant que de besoin.
Vous êtes devenus pour moi comme autant de petits pans d’une couverture chaude et douillette dont je pourrai m’envelopper pour me procurer du bien-être. Je suis revenue plus joyeuse encore. Non pas une joie procurée par un événement ou une situation extérieure mais une joie intérieure secrète et durable.
J’ai retenu de ce pèlerinage l’importance de prendre soin de soi pour avancer (ce qui vaut pour le corps et l’esprit), pour aller plus loin avec plus de force et pour mieux donner aux autres.
Grâce à vous tous, j’ai ouvert aussi mon esprit aux textes des Evangiles et à l’intérêt de prendre du temps pour méditer ces écrits ou d’autres écrits d’auteurs chrétiens. Abonnée depuis quelques temps aux magazines Pèlerin et Panorama pour leur vision de l’actualité, je n’avais jamais ouvert les petits cahiers spirituels proposés en supplément. Je vais m’y intéresser dorénavant.

Anne-Marie

 Venez et Voyez … Voici quelques mots …

Pèlerin occasionnel, me voici sur cette route de Vézelay… Comme tout le monde, je traîne derrière moi ces casseroles que la vie me jette en pâture, pour les affronter comme je peux ! Alors… Un peu de spiritualité dans ce monde matérialiste me fera certainement du bien… Et me voici donc au milieu d’un groupe disparate qui ne se connaît… ni d’Eve ni d’Adam ! De 28 ans à… 74 ans ! Ai-je eu raison ?
Quelques boutades, quelques échanges, quelques sourires .. Et la route démarre. On a beau savoir qu’il y a toujours un mystère à comprendre ce qu’il se passe lorsque la magie d’une humanité en route se révèle ! Comment se fait il qu’il se passe quelque chose entre nous qui nous dépasse ? que cette force de Vie, cette puissance d’exister, cette harmonie humaine se manifeste si doucement, si paisiblement, entre des gens si différents, qui n’ont en commun que cette honnêteté à vivre ?
Que même la nuit, une lumière intérieure nous éclaire,  qu’un sourire nous allume même sous la pluie battante, que la rencontre inévitable se fasse dans l’écoute, dans la découverte réciproque et la confiance, dites, expliquez-moi…
Que cet arrogant du premier jour devienne cet être humble et pacifié…
Que ce rouspéteur invétéré se voie sourire avec émerveillement ?
Que l’arrogance passagère de l’un fonde devant la tolérance de l’autre ?
Que la petite erreur de l’un ne crée qu’un sourire devant l’indulgence de l’autre ?
Voilà ce que l’humanité en marche peut créer de beau, pour semer l’espérance au fond de nous, pour nous montrer à l’évidence que la fraternité existe et qu’elle est belle. Que le partage de bonne volonté révèle cette lumière au fond de nous, si souvent cachée sous le boisseau…
Mais la lumière luit dans les ténèbres, c’est une telle évidence, à la fin de cette route de Vézelay !
Il faut parfois être dans l’obscurité pour voir les étoiles qui dominent nos routes !

Lumière, sourire, rencontre, confiance, puissance, découverte, écoute, humilité, émerveillement, tolérance, indulgence, fraternité, espérance, partage, ouverture …

Bernard un pèlerin de la route de Vézelay 2012

 Pourquoi je pars marcher ?

Qu’est-ce que je veux laisser en partant ?
Qu’est-ce que je cherche en marchant ?
Qu’est-ce que j’attends, qu’est-ce que j’espère ?

Ces questions, nous nous les sommes déjà posées bien des fois et des personnes nous ont sans doute aussi interrogés. Les vraies réponses ne sont ni évidentes, ni faciles, ni spontanées.Les questions paraissent banales et sont pourtant essentielles.
Nos réponses sont individuelles et personnelles.Alors le rôle de notre association « Les Chemins de saint Gilles » n’est pas de nous apporter des réponses toutes faites. Son rôle est de permettre à chacun d’entre nous et à tous ceux qui un jour prennent la décision de marcher, de prendre le temps d’y réfléchir. Dans notre charte nous trouvons des pistes de réflexion.
Marcher… c’est partir et faire la rupture avec notre quotidien, c’est avancer avec les autres en fraternité, c’est aller vers un but et réfléchir en marchant, pour peu à peu essayer de répondre aux questions essentielles de notre vie, c’est entretenir notre petite lumière intérieure ou parfois la ranimer, car c’est elle qui nous fait lever le matin.
La comparaison avec une bougie est extraordinaire :avec une seule bougie, on peut rallumer toutes les bougies rencontrées.On ne peut que s’émerveiller devant la flamme d’une bougie, elle ne diminue pas en se partageant, elle ne s’use pas en se donnant, car le carburant en est la cire.L’image de la flamme nous incite à donner et à partager sans compter …

Nicole

 Trouver son chemin

C’était ma première route sur les chemins de St Gilles. Une amie m’avait parlé de ce pèlerinage il y a quelques années. Le désir de marcher en montagne, de pérégriner avec d’autres m’avaient conduit à faire ce choix de passer dix jours avec des inconnus dans la Drôme provençale !
Je me suis tout de suite sentie à l’aise avec chacun, choisissant volontairement de ne pas poser de questions indiscrètes pour alléger nos pas des statuts sociaux et ecclésiaux qui peuvent restreindre notre regard ! Le paraître n’était pas au rendez-vous, tant mieux !
J’ai été frappée par la simplicité qui nous a accompagnés tout au long du chemin. Simplicité dans nos rapports humains, dans le logement, la nourriture. Cela fait du bien de mettre dans son sac et dans son cœur ce qui est le plus essentiel : un regard bienveillant sur chacun, l’entraide, le dépassement de soi, le courage d’affronter la « rude » réalité des dénivellements ! Et de laisser l’Hôte intérieur prendre ou reprendre le maximum de place dans nos vies !Je me suis laissé émerveiller par la verdure des montagnes sauvages, le vent frais qui balayait certains cols, la vivacité des cours d’eau rafraîchissant nos pas, le changement des paysages au gré de l’avancement de notre route.
J’ai appréciée d’être conduite par un guide sûr, et que notre équipe soit accompagnée, dans la discrétion, par une responsable. J’ai appris à marcher en montagne, à bien lacer mes chaussures, à m’appuyer sur un bâton pour assurer mes pas… !
Tel un chemin spirituel, nous nous sommes laissé guider par notre désir de rencontrer l’Autre. Cette route de St Gilles nous a tous unis, croyants et « recherchants ». Merci à chacun pour la confiance que nous nous sommes donnés.

Cécile, août 2010

Saint Gilles ou l’esprit d’équipe en marche
(Extrait du témoignage du Père Luc Mellet article paru dans la série d’été du magazine « Le Pèlerin  » août 2010)

Pendant 12 ans le P. Luc Mellet, originaire de Nîmes, a marché et accompagné des groupes de pèlerins vers Saint-Gilles-Du-Gard. Une expérience de vie fraternelle « structurante » durant laquelle il a découvert la spiritualité du marcheur.

« On entre ici dans une démarche collective »
De Saint Gilles, quoique étant de la région, le jeune diacre de l’époque ne sait pas grand-chose avant de se mettre en route. »Je ne le connais pas beaucoup plus aujourd’hui, lance-t-il. C’est un homme de l’orient qui a tout quitté pour suivre le Christ en allant vivre dans la forêt. C’est à peu près tout ce que l’on sait. Il n’a rien écrit, rien laissé. »
Et d’ajouter : « Saint Gilles , c’est le but, ce n’est pas le contenu du pèlerinage. On ne marche pas vers le saint Gardois comme on marche vers Assise et la figure de Saint François. Sur les routes de saint Gilles il y plus une spiritualité de pèlerin qu’une spiritualité de ce saint. »
Alors que viennent chercher les personnes qui choisissent ce pèlerinage ? « La Fraternité ! On y vit un temps convivial et gratuit où l’on apprend à à renoncer à soi » et cela tient au fait de vivre le pèlerinage en groupe. Une proposition originale de l’association des Chemins de saint gilles qui en fait toute la spécificité; A la différence d’un pèlerinage comme Saint-Jacques-de-Compostelle, où les pèlerins se mettent en route de façon individuelle, on entre ici dans une démarche collective. »

« Partir avec des gens d’horizons différents »
« Pas question de laisser partir ensemble une bande d’amis ou les membres d’une même famille. Objectif : l’ouverture à l’autre et, plus difficile parfois, l’accueil de l’autre avec tout ce que cela comporte d’acceptation de ses limites et de ses différences. C’est une expérience fondamentale, structurante. Cette démarche apprend à ne pas être formaté, à se laisser transformer.« 

« L’aventure de la relation et du partage »
« Les pèlerins de saint Gilles ne partent pas à l’aventure dans le sens technique du terme, mais ils partent à l’aventure dans la relation et le partage » reprend L. Mellet. »l’Expérience de la rupture et de la désapprobation du confort, nous la vivons à la lumière de l’évangile. Et cela change tout : J’y ai appris à être HOMO VIATOR (homme qui voyage), c’est à dire à ne pas vouloir bâtir ma vie sur le mode de racines. Nous sommes de passage ! Le sens ne vient pas de ce que l’on produit, mais de ce que l’on reçoit ».

Témoignage du Père Luc Mellet

 Merveille

Merveille que cette première heure de marche en silence…tout notre être s’éveille à ce nouveau jour que le Seigneur nous donne.
Merveille que chacun de nos sens nous permettre de louer le Seigneur : l’écoute du silence coupé par le chant des oiseaux, la contemplation du lever du soleil, l’odeur de la terre fécondée par la rosée, le contact de nos pieds avec le sol à travers les chaussures qui nous permet d’être debout et enfin, le goût de l’eau pour apaiser notre soif.
Merveille de cette fraternité vécue et partagée…découverte du trésor que chacun d’entre nous porte en lui et qui nous évangélise.
Merveille de ces échanges dans la simplicité et la vérité de chacun et de cette écoute respectueuse vis à vis des autres.
Merveille de la présence de Gabrielle (non voyante) sur notre route de Cahors…quel témoignage vivant de confiance et d’abandon à celui qui la guide sur le chemin.Enfin « magnifique est le Seigneur » pour nous tous.

Une nouvelle pèlerine

 Sourires éclatants, le soleil est de la partie

«  … Pluie, glissades, tu m’aides, je t’aide, réconfort de l’étape, les langues se délient. Le rosé ? peut-être, la fraternité sûrement ! Silence du petit matin, les oiseaux nous offrent leurs trilles. Je marche à ton pas, je te rencontre, je  t’écoute, je me confie.Je partage mes pâtes de fruit et mes réflexions, je m’enrichis de ta différence  ….»

Olivier